Un circuit touristique 100% gratuit ou presque !

La deuxième ville choisit parmi celle de la tournée de Kendji Girac a été Toulouse

Note
les infos ou mots avec une * sont reportés en bas de l’article avec plus de détails

Si pour Bruxelles on était moins regardant sur le portefeuille, pour Toulouse c’était une autre histoire. Je partais avec très peu d’argent, le mot « Gratuité » était plus qu’à l’ordre du jour.
Il me fallait donc trouver des endroits sympathiques à visiter, des lieux historiques qui nous couteraient rien ou presque et dégoter les bons plans resto.
La tâche était bien ardue, mais c’est un défis que j’étais prête à relever.

Voici comment ça allait se présenter

Le transport

Il était indispensable de trouver le bon moyen de locomotion. Pour l’aller je privilégiais Flixbus (30€ l’aller à partir de Toulon, je trouvais ça raisonnable vu la distance qui nous séparait de Toulouse).
Le retour, nous prenions l’Intercité de la SNCF (attention le tarif varie d’un jour sur l’autre !)*
On compte au nombre de 3 les transports à Toulouse : le métro, le tram et le bus *

1 er jour

La basilique Saint Sernin et l’hôpital de la Grave

On commençait par la basilique Saint Sernin
La basilique est immense et vaut vraiment la peine d’être visité ne serait par son histoire et son architecture hors du commun. En effet, celle-ci est faite de briques et de pierres, c’est ce qui lui donne cet aspect rouge, assez curieux soit dis en passant quand on a pas l’habitude. Inscrite au patrimoine de l’Unesco, elle accueille les pèlerins en route pour Saint Jacques de Compostelle.
Nous continuons ensuite jusqu’à l’hôpital de la Grave
L’édifice emblématique de Toulouse est le symbole dans la médecine française. Il a connu deux époques bien terribles dont la ville aurait bien voulu se passer, la peste noire au XIVème siècle. En 2014 d’ailleurs dans le secteur Saint Michel , un immense charnier a été découvert (ici), cette immense fosse commune laisse comme un arrière gout amer de ce qu’ont pu vivre les toulousains à cette époque là. Aujourd’hui il abrite la cité de la santé du CHU de Toulouse.

2ème jour

Notre Dame de la Dalbalde, la maison d’enfance de Claude Nougaro, Café glacier historique (une ancienne morgue) , découverte des monuments par les berges de la Garonne, l’écluse Saint Pierre et le centre hydroélectrique de Bazacle et enfin le parc japonais.

Comme tu peux le constater vu le nombre de choses visités, nous n’avons pas chaumé . Aussi ce genre de parcours commence assez tôt le matin afin de pouvoir faire de nombreuses pauses si le besoin s’en fait ressentir, ça été le cas. Evidemment dans la mesure où notre principal intérêt était de dépenser le moins possible, on s’était préparé un petit pique-nique composé d’un sandwich, d’un mini babibel et d’une clémentine ainsi que quelques biscuits et une petite bouteille d’eau. Manger au bord de la Garonne a été un véritable plaisir, d’autant plus que le soleil et le ciel bleu était au rendez-vous.

Nous commencions donc par Notre Dame de la Dalbalde *
L’histoire de son clocher est assez spécial, c’est ce qui fait la spécificité de cette église.
La première église tint place de 541 à la fin du XVème à l’emplacement d’un premier oratoire. En 1442, elle est ravagée par un incendie en même temps que le reste du quartier. Sa construction daterait de la fin du XVème siècle, son clocher édifié en 1551, sa flèche culminait à 87 mètres est démonté en 1795 pour être reconstruit en 1881 à une hauteur de 81 mètre. Elle marque alors le point le plus haut de la ville, ce clocher était comparable à celui de la cathédrale Sainte Cécile d’Albi. Alors qu’on pensait en avoir fini avec ça et bien non en 1926 son clocher s’écroule brutalement.
Continuons notre parcours vers un endroit que tu ne trouveras jamais sur le livret de l’office du tourisme, c’est la maison d’enfance dans laquelle Claude Nougaro fut élevé, l’avantage c’est qu’elle se trouve sur le trajet menant jusqu’au café glacier « Pêcheurs de sable ». Ce café glacier se trouve dans une ancienne morgue ce qui en fait donc un lieu insolite et historique.
Midi : on a faim, on se met alors au bord de la Garonne, on sort notre pique-nique et mangeons tranquillement, on entend plus rien, on contemple le paysage devant nous.
Pour finir notre repas, nous nous installons au café glacier – (oui c’était prévu dans le circuit touristique) –

Le pont Saint Pierre

Après la découverte des monuments via les berges de la Garonne, nous nous dirigeons vers l’écluse Saint Pierre, puis le centre hydroélectrique Bazacle.
L’espace hydroélectrique est un lieu culturel, incontournable, gratuit, il te permet de découvrir la passe à poisson, l’usine hydroélectrique encore en activité ainsi qu’un parcours muséographique, une galerie photo et cerise sur le gâteau t’offrira depuis sa terrasse, une superbe vue sur la Garonne.
On ne peut pas passer à côté du jardin japonais, véritable poumon vert exotique de la ville. Lorsque tu y entres, c’est comme si tu arrivais à la destination de ton voyage : le Japon. Un vrais lieu dépaysant, calme, serein où il fait bon s’y promener. Un vrais coup de coeur.

3ème jour

Centre ville, maison du Sénéchal, la place du capitole, le salon de thé/brasserie « Le Bibent »

La pluie du 3ème jour ne nous a pas permis d’aller jusqu’au Canal du Midi (les aléas de la météo), mais ça ne nous a pas empêché de faire un petit parcours dans le centre ville, une bonne façon de faire des emplettes pour acheter quelques souvenirs ainsi que de découvrir la place du Capitole.
Pour nous reposer et prendre notre tea time, nous nous sommes arrêtés au salon de thé/brasserie « Le Bibent ».

Le Bibent

Le Bibent

Le Bibent, haut lieu historique de Toulouse !
En effet, le Bibent a ouvert ses portes en 1843 et est inscrit au titre des monuments historiques. Il fut le premier café à proposer de la bière à la pression. Jusqu’à la fin des années 70, il s’y côtoyait des artistes et intellectuels de l’époque. Bien évidemment le Bibent n’est pas seulement un salon de thé mais aussi une brasserie où l’on peut déguster de bons plats concocté par le chef de cuisine Yann Ghazal.

dernier soir, on dine au Dispensary Pub

Comme à chaque fois, je termine mon séjour par un repas dans un resto, brasserie…. Cette fois-ci c’était dans un pub anglais « The Dispensary » – ambiance chaleureuse, plats typiquement anglais, déco au top et cerise sur le gâteau, le prix est nettement abordable

Info

  • * bus, tram, métro : 1 déplacement / 1, 70 € – déplacement à la journée / 6,10€ – 10 déplacements / 13,70 €
    plus d’infos sur le site Tisséo
  • * l’intercité SNCF : d’un jour sur l’autre le prix d’un billet de train peut changer, et pour cause selon l’heure et le jour ils font des promotions. Exemple : aujourd’hui sur le site de la SNCF il y aura écrit 28€ et le lendemain tu paieras 40€ – donc un conseil quand tu vois un prix bas, prends de suite, n’attends pas le lendemain.
  • * Notre Dame de la Dalbalde : Si les églises ce n’est pas ton truc, tu peux sauter cette visite

Les bonnes Adresses

Café Glacier
 » Pêcheurs de sable « 
Quai de la Daurade
Le Bibent
Place du Capitole
The Dispensary Pub
1 rue Marthe Varsi

J’espère que ce petit tour de Toulouse te convient et que tu pourras en profiter

A bientôt

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.