Le Samedi 18 et Dimanche 19 septembre c’était les journées du patrimoine, un bon moyen de découvrir des monuments historiques gratuitement

Invitée par le Conseil Régional de la Région Sud pour visiter l’hôtel de la région, c’est avec un engouement certain je me m’aprêtais à partir. Evidemment au premier abord, un bâtiment administratif où l’on traite des affaires régionnales ne donne pas très envie mais (parce qu’il y a toujours un Mais) – si celui-ci était ouverrt au public un week-end, c’est qu’il y avait forcément quelque chose à découvrir.

Pour cette occasion, la SNCF avait baisser clairement ses prix avec un billet à 5€ en voyage illimités sur tous les TER de la Région Sud – Tu comprendras donc qu’entre une visite gratuite et le train à un coût plus qu’abordable je n’allais pas loupé ça !

Le Conseil régional est un petit quartier à lui même, tous les bâtiments dans cette rue appartiennent au Conseil Régional, ce qui peut porter à confusion lorsqu’on sort de la station de métro. Mais si on regarde de plus près, l’endroit à visiter est l’Hôtel de la Région et se trouve donc tout en haut, près de la porte d’Aix.

L’entrée se fait par le parvis de l’Hôtel de la Région face à l’aqueduc de l’Huveaune. L’Hôtel est constitué principalement de 2 bâtiments , la Rotonde et le bâtiment des Présentines.
Ce dernier a été érigé sur le site de l’ancienne prison du même nom qui jadis avait été elle même construit sur un couvent. L’établissement pénitentière pour femmes a acceuillit lors de la deuxième guerre mondial des résistantes dont Raymonde Tillon-Nédélec et Mireille Lauze. En 1943 les détenues sont transférées aux Baumettes en en 1980, la prison fut rasée dans le cadre de la réhabilitation du quartier.

l’Aqueduc de l’Huveaune – derrière l’aqueduc : le bâtiment des Présentines
A gauche : Les Présentines A droite : la Rotonde

Un lieu pour la Haute Administration

L’objectif visé : faire un site administratif de la Haute Administration – c’est ainsi qu’en 1987 s’achève le premier bâtiment du Conseil Régional. Ce premier se veut très bureaucrate et représente l’autorité, c’est alors que vient l’idée audacieuse de casser ce côté trop sérieux. C’est l’architecte Claude Parent qui est choisi pour cette deuxième phase de construction. Associé pour l’occasion aux architectes marseillais Christian Biaggi et Bruno Maurin, il doit faire ce que j’appelerais le 2 en 1. Le défis : allié la forme en arc de cercle du nouveau bâtiment aux structures austères très administatives de celui déjà en place et ce tout en conservant l’autorité régionale que doit revêtir l’ensemble. Défis relevé ! Non seulement ils arrivent à réaliser leur objectif et cerise sur le gâteau La Rotonde devient le Patrimoine architectural contemporain.

Le bâtiment est plus qu’un simple bâtiment ou des bureaux et des escaliers à tout va se suivraient les uns les autres, non là c’est tout autre chose. Très peu d’escaliers, des bureaux très espacés, un amphitheatre extérieur ainsi qu’une grande cour, une grande salle à manger avec un mur amovible, un salon de reception, l’hémycile où tout se décide et bien évidemment le bureau du Président. Cet ensemble s’articule autour de l’Atrium, grand hall d’entrée semi circulaire sous verrière.

Le hall d’entrée
la salle à manger

Au coeur de l’Institution, des oeuvres d’arts

Un dialogue entre lumière et structures bâties, des tapisseries modernistes dans l’hemycile ainsi qu’une fresque conceptuelle dans le salon d’honneur constituent des pièces maîtresse qui harmonisent le tout.
Le père André Gence, artiste peintre et sculpteur conçoit le design des murs de carreaux de verres de couleur façon vitrail, pour rendre plus chaleureux l’hémycile, on fait appel à Christian Jaccard, artiste franco-suisse qui d’une main de maître réalise des oeuvres apportant une nouvelle reflexion sur le textile et la tapisserie. Puis nous avons dans le salon d’honneur, une grande fresque réaliser par Max Charvolen, explorateur de l’outil informatique, il mélange architecture et beaux arts , ce qui donne des oeuvres contemporaines, mystérieuses et débordantes d’imaginations.

Ce 18 septembre, la politique a fait place à la culture – une bonne façon d’être toujours au plus proche des habitants de la Région Sud.

Cette initiative d’avoir ouvert au public pour les journées du patrimoine, c’est une façon de montrer qu’à côté de la politique il y a aussi l’humain et la volonté de parler d’autres choses que des affaires régionales.
C’est un bon point.
Si tu as l’occasion de passer par Marseille pour la journée du patrimoine et que tu aimes l’architecture moderne, tu ne sera pas déçue (u). Pour ma part j’ai trouvé ça très interessant et très instructif.

Note
pour en savoir plus, tu peux toujours te rendre sur leur site
Ma Région Sud

A bientôt

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.